Chargement en cours Vakala en Français Chargement en cours Vakala in English WALLIS le Samedi 23 Septembre 2017 / 21 H 07 PARIS le Samedi 23 Septembre 2017 / 10 H 07
Vakala : Association de voile sur internet Fédération française de voile
Bienvenue sur le site de Vakala - Voile Pour Tous

Actualités

Articles
Dernières infos
Photos

Vakala

Horaires
Tarifs




Sédentarité et nourriture sont deux facteurs importants des maladies non trans
© Droits réservés

Maladies chroniques sur Wallis-et-Futuna : une vaste enquête est en cours

Wallis - Informations / 16 Mars 2009

Une vaste enquête est en cours à Wallis et Futuna pour mieux cibler les personnes atteintes ou prédisposées par les maladies dites "non transmissibles" que sont le diabète, l'hyper tension artérielle, l'insuffisance rénale chronique et les maladies cardio-vasculaires: un échantillon de 600 personnes permettra d'améliorer la prévention et de préciser la carte sanitaire de la population.

La zone Pacifique connaît actuellement un contexte d'expansion rapide de maladies chroniques non-transmissibles, au point que l'on emploie volontiers le terme « épidémie ». L'apparition de ces maladies semble pour partie liée à une évolution trop rapide des comportements, avec un phénomène croissant d'occidentalisation des modes de vie. Dans la mesure où ce phénomène dégrade fortement la qualité de vie des malades et de leur famille, qu'il engendre des soins palliatifs coûteux, et qu'il est l'une des premières causes de mortalité dans le monde, il apparaît nécessaire de lutter au plus tôt contre ce phénomène.
L'état actuel des connaissances permet d'engager des premières actions de prévention, qui devraient réduire l'incidence de ces maladies. Une étude conduite à un niveau local permettrait d'en évaluer l'efficacité et de les adapter aux contextes spécifiques.


L'Agence De Santé de Wallis-et-Futuna (ADS), le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique Sud (CPS), l'Association pour le Traitement de l'Insuffisance Rénale en Nouvelle-Calédonie (ATIR) et le Réseau de l'Insuffisance Rénale (RESIR) de Nouvelle-Calédonie sont les initiateurs d'un projet visant à réduire les taux de certaines maladies chroniques très présentes sur Wallis et Futuna parmi lesquelles :

-Le diabète

-L'hypertension artérielle (HTA)

-L'insuffisance rénale chronique (IRC)

-Les maladies cardiovasculaires

Ces maladies apparaissent souvent liées entre elles, causes ou conséquences les unes des autres. Elles semblent volontiers reliées au surpoids, à l'obésité et à la sédentarité.

Ce projet, très largement inspiré du programme « KHDC » (Program for Detection and Management of Chronic Kidney Disease, Hypertension, Diabetes and Cardiovascular Diseases in Developing Countries) développé par l'ISN (International Society of Nephrology) permettra d'estimer la prévalence de ces maladies chroniques au sein d'une population cible : celle de Wallis et Futuna et de décrire les caractéristiques de cette population. Elle devrait faire apparaître les facteurs de risques associés à ces maladies et permettre la mise en place d'actions de prévention et d'éducation. Le suivi continu sur 5 ans d'un certain nombre d'indicateurs permettra d'évaluer l'impact des actions entreprises.

Quelques données du contexte Pacifique

Les maladies chroniques semblent avoir un statut « à part » dans l'esprit populaire. Sans doute sont-elles plus difficiles à conceptualiser que les maladies ayant des causes pathogènes extérieures bien connues, comme la grippe, le sida. Celles-ci sont plus facilement associées à une notion de mortalité que d'autres maladies comme le diabète.

Pourtant, les questions du mal-être des patients, de la lourdeur de certains traitements, et de leur coût sociétal, ne sont pas les seuls aspects justifiant une prise en charge en amont des maladies chroniques. La gravité de ces maladies est une réalité à laquelle l'OMS nous rappelle dans sa publication datée de 2005.

L'OMS y indique aussi que « les principales causes de maladie chronique sont connues et, si ces facteurs de risque étaient éliminés, 80 % au moins de l'ensemble des cas de cardiopathies vasculaires, d'accidents cérébraux et de diabète de type 2 seraient évités. »

Dans un article, daté de 2003 , l'OMS indique que l'obésité (facteur de risque des maladies cardiovasculaires et du diabète) est un problème qui touche la majeure partie des îles Pacifiques. Qu'elles soient « polynésiennes » ou « mélanésiennes », la tendance est la même : l'obésité affecte principalement une population urbaine.

Globalement, les femmes sont un peu plus concernées par ce problème que les hommes. Selon un autre document, les solutions aux problèmes des maladies chroniques, y compris l'obésité, se situent au niveau de l'alimentation et du comportement quotidiens.

Une campagne de dépistage d'un certain nombre de maladies chroniques et des facteurs de risques associés a été conduite en Australie entre 2000 et 2003 auprès d'une population ciblée d'aborigËnes. Elle a concerné 1070 personnes ?âgées de plus de 18 ans volontaires : 40% d'entres elles présentaient une hypertension artérielle, 38% une probable maladie rénale et 21,2% un diabète. Les facteurs de risque identifiés étaient : le tabac, la consommation d'alcool, l'âge et la surcharge pondérale (28% des personnes présentaient un excès de poids et 36% une obésité).

En Nouvelle-Zélande, un rapport du ministère de la santé public en 2001 a mis l'accent sur les inégalités significatives de prévalence de certaines pathologies entre Maöris, populations du Pacifique et populations européennes cohabitant sur le territoire. Ainsi les Maöris et les populations du Pacifique présentaient deux fois plus de pathologies cardiovasculaires et 4 fois plus de pathologies endocrines (diabète) que les populations européennes.

Les facteurs de risque associés à une diminution de l'espérance de vie parmi ces populations étant par ordre d'importance : le tabac, le diabète, la sédentarité, l'obésité, l'HTA.

Une enquête menée à Wallis et Futuna en 1996 et 1999 (Ètude du poids, de la glycémie, de la tension artérielle ) a permis d'avoir une idée approximative de la situation épidémiologique du diabète sur le territoire : de l'ordre de 8,8% de la population adulte (20 à 22% des patients dépistés étaient ?âgés de 25 à 45 ans et 40% avait plus de 60 ans).

Même s'il est admis que le diabète survienne sur un terrain génétiquement prédisposé, il est aussi admis que la maladie s'exprime plus volontiers et plus précocement chez des sujets placés dans des conditions de vie favorables : suralimentation, sédentarité.

Toute maladie chronique est coûteuse. Le coût financier global de la prise en charge des maladies chroniques et de leurs complications est difficilement chiffrable mais représente une part considérable des dépenses de santé.

Dans la vie de tous les jours, elle est chronophage et souvent psychologiquement et/ou physiquement handicapante. Elle implique généralement l'entourage du patient.

Humainement parlant, elle nécessite des sacrifices dans les activités, professionnelles ou non, et des adaptations autour du traitement pour le patient comme pour son entourage.

Toutes ces raisons justifient que l'on síemploie à prévenir ou retarder l'apparition de ces maladies, par des campagnes de dépistages, de prévention, d'information et de formations.


Objectifs du programme de détection et du suivi sous traitement

Les objectifs de ce projet sont doubles :
. Epidémiologiques
Il s'agit :

-D'estimer la prévalence de l'obésité, du diabète, de l'insuffisance rénale, de l'hypertension artérielle ;

-De rechercher les corrélations permettant d'estimer les populations à risque et de mieux cibler la prise en charge thérapeutique

-De définir un score global des facteurs de risque cardio-vasculaire

-D'apprécier l'efficacité du traitement en comparant l'évolution de la morbidité de la population des sujets dépistés et traités à l'évolution de la morbidité de la population générale durant la période de 5ans

. Préventifs et Curatifs
Le but étant :

-De dépister dans la population adulte des patients porteurs de maladies rénales, de diabète, d'hypertension et de les traiter.

-De diffuser de l'information sur les maladies chroniques non-transmissibles ;

-De proposer des mesures incitatives vers de meilleurs comportements alimentaires et d'hygiène de vie.

-De créer une émulation de groupe pour inscrire la prévention dans un cadre communautaire ;

Cette enquÍte permettra à la population de W&F de prendre conscience de son état sanitaire. Les données serviront à appuyer des politiques de santé et d'infléchissement des comportements à risque.

Méthode du dépistage:

La population cible est la population adulte (majeure) volontaire résidant sur Wallis-et-Futuna.

Echantillonnage
La méthode des quotas a été retenue afin d'obtenir une représentation de la population totale de Wallis.

La source de donnée : Recensement Général de la Population de Wallis et Futuna 2008

Le poids de l'échantillon :
Initialement deux échantillons nominatifs de 400 personnes devaient être tirés des listes électorales ou du RGP 2003.

Pour des raisons de confidentialité mais surtout de faisabilité, une nouvelle méthode de travail en accord avec le service de statistique de Wallis a du être adoptée, basée sur le volontariat.

Un échantillon de 600 personnes issu du RGP 2008 (à disposition depuis peu) devrait permettre de cadrer le profil des volontaires à l'étude.

Calendrier

Une première équipe constituée d'un médecin de santé publique de la CPS et du coordinateur du RESIR s'est rendue du 24 au 31 janvier sur le terrain. Elle est chargée de reprendre contact avec les institutions politiques et coutumières du territoire, l'évêché, les différents organismes et bénévoles participant à l'étude :


. M. J-P BATARD, et le Dr MORISSE, de l'agence de santé de Wallis:

. Isabelle LISAI, cadre infirmier de líagence de santé,

. Jean-Paul Mailagi, Laure Hadj du service de statistiques,

. le Dr Yvon, Clément COUTEAU du laboratoire de Sia,

. Les infirmiers bénévoles et le prêtre du groupe de marche « haele he lelei »,

. Les médias (radio locale, télévision, presse écrite) et les instances locales (chefferies, clergé, associations de patients) afin de diffuser le plus largement possible l'information à la population.

Courant février, le matériel nécessaire au recueil et à l'analyse des prélèvements biologiques a été acheminé par bateau et stocké pour partie dans les locaux le l'ATIR et pour autre partie au laboratoire de SIA.

Fin mars-début avril (sur 1 mois environ), déroulement de l'enquête.

Il sera demandé à toutes les personnes de venir à jeun et aux femmes de venir à la période la plus éloignée de leurs menstruations.

Environ 30 personnes seront vues par jour, tôt dans la matinée.


RÈdacteur : Katia CATEINE

Pierre GINS


© Droits réservés

Articles précedents Wallis - Informations : Avis aux amateurs de Poissons frais...! ...
Wallis - Voile : Une centaine de visiteurs à Vaka Lä! ...
Wallis - Informations : Journée « portes ouvertes » à Vaka Lä ...
Wallis - Informations : Rentrée de l'athlétisme à Kafika ! ...
Activités Enfants - Dériveurs : La rentrée du Jardin d'enfants ! ...

Derniers Articles dans la rubrique Wallis : Frédéric Lorenzi, trésorier discret et efficace, quitte Wallis
Fraude à la défisc à Wallis : 30 mises en examen
La population de Wallis et Futuna décline et vieillit
Kolo Seuvea, ambassadrice de Wallis en Bretagne
Stage Apnée 2009 : 2ème réunion d'information et d'inscription à Vaka La

Derniers Articles dans la discipline Informations : Frédéric Lorenzi, trésorier discret et efficace, quitte Wallis
Fraude à la défisc à Wallis : 30 mises en examen
La population de Wallis et Futuna décline et vieillit
Kolo Seuvea, ambassadrice de Wallis en Bretagne
Stage Apnée 2009 : 2ème réunion d'information et d'inscription à Vaka La

Haut de page haut de page Imprimer l'article imprimer l'article  retour accueil

précédente précédent Tous les articles tous les articles suivante suivant
 Réalisation & graphisme : © Mesactivites.com - Association © Vaka Lä - Voile pour tous - Affiliée à la Fédération Française de voile (25.CE003) - © 2006