Chargement en cours Vakala en Français Chargement en cours Vakala in English WALLIS le Jeudi 23 Novembre 2017 / 04 H 18 PARIS le Mercredi 22 Novembre 2017 / 17 H 18
Vakala : Association de voile sur internet Fédération française de voile
Bienvenue sur le site de Vakala - Voile Pour Tous

Actualités

Articles
Dernières infos
Photos

Vakala

Horaires
Tarifs




Embarquement
© Droits réservés

Tour de Wallis à la voile : une édition mouvementée

Centre aéré - Voile / 10 Novembre 2006

DIAPORAMA ARTICLE

Comme chaque année, Vaka Lä a proposé une aventure peu ordinaire aux adolescents : le tour de Wallis à la voile avec des gîtes à l'îlot, en trois jours et deux nuits. L'édition 2006 restera gravée dans les mémoires en raison des conditions météo variées et parfois musclées.

La zone de convergence intertropicale a eu la malencontreuse idée de stagner durablement sur la petite île de Wallis située par 13° Sud et 177° W. Des nuages noirs roulent bas dans un ciel mouvementée ce lundi 6 novembre au départ du centre nautique. Ce n'est pas sans excitation que les jeunes embarquent les couchages et les glacières dans la vedette avant de gréer leurs bateaux. En tout, dix voiliers embarquent 15 jeunes, encadrés par quatre adultes et trois bateaux de sécurité motorisés.


Une première étape avalée en quatre heures

A l'occasion de ce raid, 6 optimists disputent le championnat de Wallis. Celui-ci s'établit en six manches, pour que tous les régatiers naviguent avec chacun des six bateaux. Ainsi, il s'agit d'éviter toute injustice en raison des différences de vitesse potentielle entre ces bateaux d'occasion. Parmi les autres voiliers composant le raid, un catamaran Hobie 16 doit devancer les régatiers ; s'ajoutent une caravelle, un Zef et un 4.20 qui, eux, naviguent à vue dans le lagon. Le vent de 15 à 20 n?uds et des gros grains pleurant un cortège de pluies lourdes emmènent les « voileux » vers un premier îlot à Faioa. Le temps de rassembler les jeunes sur cet îlot de « carte postale » maculé de grandes plages de sable blanc, le temps aussi de prendre un goûter bien mérité, et la deuxième manche de cette première journée peut démarrer. Elle est avalée aux allures portantes vers l'îlot de la passe du Sud. Le campement est établi après un débarquement express. Le déluge n'a pas occasionné de répit, et les cases traditionnelles sont vites occupées par des hamacs et des tentes. Bivouacs, feu de camp, chansons et rires : voilà une ambiance de vacances où l'on oublie vite le confort matériel. Des pas s'entendent jusqu'à l'aube : pas de doute, nos « raideurs » profitent de leur liberté !


Surf, cargo, pétole !

Au petit matin, le spectacle est magnifique : le soleil levant à l'Est éclaire le bas des nuages noirs à l'Ouest. Les jeunes admirent ce jeu d'ombre et de lumière ; ils savourent ces instants uniques dans un silence respectueux. Le vent joue cette fois aux abonnés absents. Pétole (pas de vent) au programme de la journée. Un porte containeurs ? le seul qui alimente chaque mois Wallis et Futuna ? a la bonne idée de franchir la passe à quelques mètres des voiliers posés sur la plage. Les plus jeunes, presque indifférents au mastodonte, digèrent le petit déjeuner en surfant sur la houle résiduelle qui pénètre dans le lagon. Le cargo, impressionnant quand il est si proche, passe en donnant le coup d'envoi de la deuxième journée. Cap sur l'ouest puis sur le nord de l'île. Les premiers milles se font en remorque derrière les bateaux de sécurité. Quelques grosses raies déploient leurs ailes et projettent une ombre furtive au passage de la flotte. Des oiseaux accompagnent les voiles à peine gonflées. Enfin libérés par un souffle venu de sud, les dériveurs ouvrent leur plan de voilure et glissent à petite vitesse sur une eau claire tout juste ridée. Les massifs coralliens sont extraordinaires de clarté et de beauté. Ils défilent lentement sous les coques. Les poissons multicolores sont observés du bord, comme s'ils étaient vus dans l'eau avec un masque. Nukuloa et l?île aux oiseaux se rapprochent lentement.

La lune éclaire le ballet des oiseaux

Il était temps d'arriver : le soleil de plomb fait des ravages sur les corps quand le ciel est dégagé. L'eau bleue turquoise devient verte émeraude. Nous sommes parvenus au nord de Wallis. Les oiseaux piaillent leur inquiétude de voir débarquer l'armada de Vaka Lä. Refroidis par les douches nocturnes de la veille, les enfants ont retenu qu'une tente n'est pas toujours étanche et que dormir dans un sac de couchage trempé ne favorise pas un repos serein. Les cases traditionnelles abritent les hamacs et les tentes. Provisoirement, le ciel cesse de pleurer: le rugby sur sable peut débuter. Des parents viennent ravitailler le camp en poissons fraîchement pêchés. Ils se rajouteront au barracuda remonté par l'équipage du Zef. Ce dernier a constitué l'événement de l'étape pour les deux copains Théo et Adrien: en effet, la prise fur rebelle, et une fois à bord, le poisson s'est débattu en envoyant un hameçon dans le genou de l'un des apprentis pêcheurs. Plus de peur que de mal : intervention de la sécurité avec la trousse à pharmacie: le Zef est reparti avec ses deux marins? .
La nuit tombe sur ce campement bien animé autour des grillades. La lune sort des nuages pour éclairer le ballet des oiseaux marins en pleine nidification. Chacun se retrouve sur la plage, assis, contemplatif. Harassés de fatigue, les jeunes s'endorment rapidement. Ils ont raison car la dernière journée sera rude.

Coup de vent sur la flotte

En effet, le réveil est brutal : la pluie fouette les visages qui pointent un nez dehors. Le vent grimpe l'échelle beaufort avec rapidité. Les ancres chassent, les enfants ahanent sur les aussières pour éviter les échouages. Les régatiers ont noté que, sous ces trombes, le vent se situe dans l'axe du parcours. Ce sera donc du louvoyage sur 10 milles. Le lagon moutonne, les creux enflent, les c?urs se serrent. Le rangement du campement est rôdé : tout est rapidement embarqué dans la vedette principale. Reste à gréer les embarcations sous les rafales belliqueuses. Il faudra 5 heures pour rallier notre base quittée trois jours plus tôt. Les bateaux gîtent, montent et descendent les vagues, les embruns volent. Les milles défilent. Les sécurités interviennent à trois reprises. Exténués, les équipages parviennent à l'îlot Kaviki, dernier point de ralliement avant la maison rose de Vaka Lä. Cheveux en bataille, les yeux rougis par le sel, la peau tannée, nos quinze raideurs se racontent cette dernière étape musclée. Les parents sont déjà sur la cale pour assister à l'arrivée de leurs protégés. Les ados ne sont pas prêts d'oublier ces trois jours d'aventure océanienne !

Pierre GINS


© Droits réservés

Articles précedents Wallis - Informations : Assises : La jeunesse de Hihifo exemplaire ...
Wallis - Informations : Loisirs : La jeunesse s'exprime librement ...
Activités Enfants - Nature : Séances loisirs : cap sur l'île aux oiseaux ...
Handivoile - Informations : Handisports : Un arc océanien se créé ...
Wallis - Informations : Message aux internautes ...

Derniers Articles dans la rubrique Centre aéré : Centre aéré de village : la flotte de Vaka Lä à Ha'atofo
Les Centre Aérés de Vaka Lä reviennent !
Le grand bleu pour les jeunes du centre aéré
Deuxième centre aéré du 9 au 14 février
Les jeunes wallisiens s'éclatent

Derniers Articles dans la discipline Voile : Mini Jeux du Pacifique Sud : l'équipage de Vaka Lä sixième
Char à voile : un bel exemple de projet pédagogique
Seconde Régate Open Bic! Dimanche12/07.
Dimanche 5 Juillet, régate Open Bic à la base de Liku !
Lily, Raoul and co?

Haut de page haut de page Imprimer l'article imprimer l'article  retour accueil

précédente précédent Tous les articles tous les articles suivante suivant
 Réalisation & graphisme : © Mesactivites.com - Association © Vaka Lä - Voile pour tous - Affiliée à la Fédération Française de voile (25.CE003) - © 2006