Chargement en cours Vakala en Français Chargement en cours Vakala in English WALLIS le Dimanche 22 Octobre 2017 / 09 H 12 PARIS le Samedi 21 Octobre 2017 / 22 H 12
Vakala : Association de voile sur internet Fédération française de voile
Bienvenue sur le site de Vakala - Voile Pour Tous

Actualités

Articles
Dernières infos
Photos

Vakala

Horaires
Tarifs




Une nouvelle orientation de politique sportive doit être donnée au Territoire
© Droits réservés

Tribune libre: pour une véritable politique sportive du Territoire

Wallis - Informations / 22 Aout 2007

Le constat est affligeant: le sport se meurt à Wallis et Futuna en raison, entre autres, d'une absence de politique sportive réaliste émanant d'un comité territorial olympique et sportif (CTOS) qui accumule les erreurs et les bévues. Les 13ème Jeux du Pacifique Sud d'Apia concluent quatre années de mandat ? huit avec le même président - marquées par une « stratégie de déclin » en dépit des efforts de quelques ligues pour orienter le développement de la pratique sportive dans une direction moins élitiste.

Un problème de société

Le sujet est sensible car les sportifs représentent sans doute la « principale exportation du Territoire » comme le soulignait avec humour un chef de service de la Jeunesse et des Sports. Entendez par là que les athlètes prometteurs dont les entraîneurs ont détecté un fort potentiel en volley, en athlétisme ou en rugby bénéficient d'une filière afin de poursuivre leur progression en France. Ainsi, un passeur de l'Equipe de France de volley est actuellement originaire du Territoire de Wallis et Futuna. Des rugbymen du Fenua exercent leurs talents dans des équipes de haut niveau en métropole. Mais c'est faire peu de cas d'une cruelle réalité sur le terrain : les jeunes désertent les aires de jeux dans les villages, vident les rangs des associations de proximité. Cette jeunesse est de plus en plus en proie au désoeuvrement. Cela devient un véritable problème de société : alcoolisme, rebellions, rixes, larcins, refus de l'autorité clanique traditionnelle. Pourquoi cette évolution alors que voilà quelques années, le jeu sportif constituait un ciment de la vie sociale. L'activité physique était le prétexte aux rencontres entre jeunes dans un cadre sain. Le Territoire et l'Etat, constatant cette triste évolution, proposent des solutions qui visent à ne plus laisser au seul mouvement sportif les décisions d'orientations de politique sportive. Cet « élitisme » tue le sport : il se résume dans l'exemple de l'équipe de volley qui va disputer les Jeux d'Apia : une grande partie des joueurs de Wallis et Futuna joue en métropole. Dès lors, quelle motivation et quelle considération peuvent trouver les jeunes du Fenua sachant qu'ils n'ont que très peu de chances de se sélectionner ? En attendant, la pratique du volley dans les villages se meurt alors qu'il y a quelques années, des filets étaient tendus entre deux cocotiers au détour de chaque fale ou presque?



Gommer les erreurs du passé

La fin des Jeux du Pacifique Sud 2007 sonnera la fin du mandat du CTOS. Ce dernier a failli à sa mission de développement des activités sportives au sein des ligues : décisions unilatérales et autoritaires, voix de fait sur des personnes émettant des critiques sur la politique menée, menaces, discours discriminatoires? on se croirait dans un régime totalitaire! Nous sommes décidément bien loin de l'éthique sportive. Le Président du CTOS est même intervenu manu militari dans la ligue de rame, contribuant au torpillage de l'organisation du championnat du monde de Va'a programmé en 2010? qui avait pourtant été obtenu à la force du poignet. Cet engagement rompu a jeté l'opprobre sur le mouvement sportif de Wallis et Futuna de la part des fédérations sportives internationales. A l'intérieur du Territoire, ce comportement a sabordé la dynamique de l'organisation de grandes manifestations. Pourtant, c'est cette politique qui a été mise en avant: organiser des grandes épreuves sur le Territoire pour se faire connaître, pour susciter l'intérêt de la population, pour motiver les sportifs, et pour bénéficier d'équipements qui, il est vrai, font cruellement défaut. Il devait y avoir en 2008 les Océania de volley et de voile : elles sont toutes deux annulées. En 2009, il devait y avoir l'organisation des mini-jeux du Pacifique : Cook a obtenu l'avantage. En 2010, c'était le championnat du monde de rame polynésienne : l'Etat a demandé de l'annuler au regard de la polémique au sein de cette même ligue dans laquelle s'est impliqué personnellement le Président du CTOS. Et maintenant, toujours sans concertation avec les ligues, le CTOS veut proposer à Apia l'organisation des mini Jeux en 2013 ! La leçon n'a donc pas servi? .

Refonte des institutions

Ces errances se poursuivent avec l'organisation du déplacement à Apia : des minima ont été imposés aux Ligues afin de ne pas envoyer des « touristes » aux Jeux du Pacifique Sud. Des bonnes intentions qui s'arrêtent là. Toutes les Ligues pressenties ont effectué des déplacements, mais toutes n'ont pas réalisé les quotas comme la rame polynésienne (Va'a) qui n'a même pas pu concourir à Nouméa : aucun bateau n'était disponible faute de préparation sérieuse du voyage de la part des responsables wallisiens. Résultat, plus d'un million de francs pacifiques partis en fumée (argent public). Mais les rameurs se rendront quand même à Apia, parait-il : des règles pour les uns mais pas pour les autres. Est-ce comme cela que doit être conduite la politique sportive ? Non, il faut en finir avec ces pratiques. C'est l'aveu formulé à demi-mot par le vice-président du CTOS qui conduira la délégation de Wallis et Futuna au Samoa. « Après les Jeux, il faudra songer à réfléchir sur ce que nous voulons faire en matière de sport » a-t-il susurré devant les caméras de RFO. Notre association Vaka Lä demande depuis des années une véritable réflexion sur une nouvelle politique sportive. Sans résultat. L'Etat prend le relais en promettant des « Etats généraux du sport » au cours du quatrième trimestre 2007. Le Chef de service de la jeunesse et des sports vient de proposer devant l'Assemblée Territoriale une politique sportive volontariste qui passe par une réforme des institutions : le mouvement sportif ne serait plus seul à décider d'une politique sportive : l'Etat et les élus locaux seront associés aux grandes orientations. Les fonds publics iront donc aux projets liés à cette politique décidée collégialement, et non à des actions décidées par un seul mouvement sportif finalement assez peu représentatif de la volonté des principales ligues et associations du Territoire ? qui, elles, ont fait leur preuve. Nous retrouvons un peu le schéma des « Offices Municipaux des Sports » qui fonctionnent très bien dans la plupart des collectivités locales. Au moins pour la concertation.

Pour une véritable culture du sport

Il s'agit, dans le fond, de démocratiser le sport, d'équiper en installations et en personnels formés les villages afin de développer des activités de proximité. Ceci est vrai pour le sport comme pour la culture. La problématique du transport reste criante, donc les actions auprès des jeunes sont efficaces à proximité de leur lieu d'habitation. Les relations avec les Ligues et les associations qui fonctionnent peuvent être développées soit en soutien logistique et humain (mise à disposition de matériel et de cadres) soit en partenariat direct avec rencontres sur les lieux de pratique de ces grandes associations (stade d'athlétisme, base nautique, terrains de rugby, halles multisports). Ainsi, une véritable culture du sport sera développée et une pratique de masse sera mise en ?uvre. Réduction des dépenses par millions pour des soi-disant élites qui ont le privilège de voyager, souvent sans résultats. Il faut dessiner des priorités en termes de formations, d'installations sportives, de coordination avec Jeunesse et Sports et l'Education Nationale, inciter les prestations de service fournies par les associations les plus crédibles et les plus actives. Il faut également réfléchir à des propositions de textes visant à réduire les taxes sur les équipements sportifs destinés à la collectivité publique, à négocier des tarifs sur les transports d'équipes sportives, à favoriser la prise en considération des handicapés, etc? . Bref, une véritable politique en faveur de tous, et notamment des plus démunis. Peut-être, ainsi, pourra-t-on récupérer une jeunesse livrée à elle-même et en perte de repères. V?ux pieux.

Pierre GINS


© Droits réservés

Articles précedents Handivoile - Informations : Pour le plaisir des enfants en situation de handicap ...
Wallis - Nature : Ballets de raies dans le lagon ...
Activités Enfants - Informations : Les arts plastiques jouent les arts océaniens ...
Wallis - Nature : Rencontre au top to top ...
Wallis - Informations : Le hip hop made in Wallis, article de Rudy Uatini, photos de Charlotte Xélot ...

Derniers Articles dans la rubrique Wallis : Frédéric Lorenzi, trésorier discret et efficace, quitte Wallis
Fraude à la défisc à Wallis : 30 mises en examen
La population de Wallis et Futuna décline et vieillit
Kolo Seuvea, ambassadrice de Wallis en Bretagne
Stage Apnée 2009 : 2ème réunion d'information et d'inscription à Vaka La

Derniers Articles dans la discipline Informations : Frédéric Lorenzi, trésorier discret et efficace, quitte Wallis
Fraude à la défisc à Wallis : 30 mises en examen
La population de Wallis et Futuna décline et vieillit
Kolo Seuvea, ambassadrice de Wallis en Bretagne
Stage Apnée 2009 : 2ème réunion d'information et d'inscription à Vaka La

Haut de page haut de page Imprimer l'article imprimer l'article  retour accueil

précédente précédent Tous les articles tous les articles suivante suivant
 Réalisation & graphisme : © Mesactivites.com - Association © Vaka Lä - Voile pour tous - Affiliée à la Fédération Française de voile (25.CE003) - © 2006