Chargement en cours Vakala en Français Chargement en cours Vakala in English WALLIS le Lundi 11 Décembre 2017 / 14 H 01 PARIS le Lundi 11 Décembre 2017 / 03 H 01
Vakala : Association de voile sur internet Fédération française de voile
Bienvenue sur le site de Vakala - Voile Pour Tous

Actualités

Articles
Dernières infos
Photos

Vakala

Horaires
Tarifs




Les porcelaines font la joie des filles
© Droits réservés

Porcelaines: des variétés abondantes trouvées par les enfants

Activités Enfants - Nature / 28 Octobre 2007

DIAPORAMA ARTICLE

Très observateurs, comme toujours, les enfants de Vaka Lä ont déniché des porcelaines: ces jolis coquillages polis font partie du paysage de Wallis et Futuna, Il n'est en effet pas rare de voir des femmes des heures durant courbées en deux sous le soleil ou tout au long de la nuit à proximité du récif afin de collecter certaines espèces qui constitueront de très jolis colliers. Variées en tailles, formes et couleurs, ces coquillages sont donc une des attractions de la pêche à pied. Nous proposons aux enfants comme aux enseignants de mieux connaître cet animal marin grâce au livre « Peuples de la mer ». Quelques photos de différentes espèces évoquées ci-dessous sont en diaporama.

Porcelaines Tigre et Arabica

Famille : Cypraeidae
Espèces : Cypraea tigris et Mauritia arabica
Noms vernaculaires wallisiens : Pule
Noms vernaculaires futuniens : Pule pule pule et Pule teu teu


La famille des porcelaines est la plus connue des amateurs de coquillages. Leur test* est poli et brillant ; leurs couleurs sont très variables selon les espèces, parfois même selon les individus. La coquille des porcelaines est caractérisée par un dernier tour qui cache les précédents en enveloppant la spire. C'est par une fente asymétrique que s'ouvre le manteau qui, la nuit venue, recouvre la coquille. Une ligne dorsale bien visible chez les deux espèces tigris et arabica marque la jonction du manteau. Les cellules de ce manteau ont la particularité de secréter des pigments qui sont à l'origine des motifs imprimés sur la coquille.
La porcelaine tigre mesure entre 7 et 12 centimètres. Sa robe* est tachetée de noir, sur un fond couleur crème. La porcelaine arabique est généralement de taille plus modeste (entre 4 et 10 centimètres). Elle est facilement reconnaissable de par sa forme oblongue et bombée et ses lignes brunes parallèles sur la face dorsale.

Les porcelaines sont, pour la plupart, des herbivores. Elles broutent les algues situées à la surface des coraux ou sur du sédiment meuble. Certains auteurs ont observé la porcelaine tigre se nourrissant également de mollusques. Les porcelaines peuvent à leur tour être dévorées par divers prédateurs. Faute d'opercule leur permettant d'échapper aux dents empoisonnées des cônes, elles n'ont d'autres alternatives que de replier leur manteau à l'intérieur de leur étroite ouverture. Elles restent cependant complètement démunies face aux terribles mâchoires du poisson porc-épic.

Du fait de leur régime alimentaire, les porcelaines tigres et arabiques se trouvent fréquemment à proximité d'algues. Les porcelaines tigres, très abondantes à Wallis et à Futuna, se rencontrent de jour sur les zones frangeantes peu turbulentes, à proximité d'algueraies de Padina mais aussi sur les récifs intermédiaires et sur les récifs barrières peu battus. Les porcelaines arabiques se trouvent au contraire dans des milieux à fort hydrodynamisme tels que les parties exposées du récif barrière, là où se développent d'autres types d'algues filamenteuses.

En Polynésie Française, ces deux porcelaines étaient utilisées comme appât pour pêcher le poulpe. Sur une baguette de bois terminée en crochet, étaient fixés des fragments de coquille ; l'ensemble était placé devant le trou du poulpe. Celui-ci enroulait ses bras autour de cet appât plus vrai que nature jusqu'à se faire crocheter par l'hameçon. Aujourd'hui, les coquilles sont beaucoup utilisées dans l'artisanat des îles du Pacifique, notamment pour la confection de ceintures et de couronnes.


Porcelaines monnaie et anneau

Famille : Cypraeidae
Espèces : Erosaria caputserpentis , Erosaria moneta et Cypraea annulus (diaporama)
Noms vernaculaires wallisiens et futuniens : Pule uli, Pule tagata et Pule fafine.

Bien que de taille réduite, inférieure à 4 centimètres, ces mollusques appartiennent également à la famille des porcelaines. La « tête de serpent » a une belle couleur chocolat saupoudrée de taches blanches de diamètres variables. La porcelaine monnaie a une forme bien plus aplatie et deltoïde ; sa robe* est d'un jaune nuancé de vert. La porcelaine anneau est la plus petite des trois : elle mesure environ un centimètre. Sa robe couleur ivoire est décorée d'un bel anneau doré, parfois interrompu au niveau des extrémités. Cachée sous un abri, elle dévoile un manteau orné de nombreuses papilles très ramifiées.

Ces porcelaines sont toutes les trois herbivores. Elles partagent un habitat très similaire : à proximité des vagues, sur le récif barrière. Les têtes de serpent sont généralement observées du côté de l'océan, cachées dans de minuscules interstices. Les porcelaines monnaie et anneau colonisent des zones peu profondes du récif barrière.

Les femmes ramassent ces porcelaines sur le platier, à marée basse, en soulevant les blocs coralliens. Les coquillages sont placés dans une bouteille remplie d'eau de mer dans laquelle leur chair pourrit pendant quelques jours. Plusieurs bains permettent de nettoyer complètement les coquilles. Afin de raviver leurs couleurs, les porcelaines peuvent ensuite être poêlées à sec dans un récipient placé sur le feu. Les femmes percent les coquilles à l'aide d'un petit poinçon et les enfilent sur un nylon de pêche.

Ces espèces sont très abondantes sur les récifs de Wallis et de Futuna mais également sur les stands des aéroports de Vele et de Hihifo ! Elles sont très couramment employées pour la réalisation de colliers, de bracelets et de divers objets artisanaux. En Afrique, la porcelaine monnaie était autrefois utilisée comme monnaie d'échange pour troquer de la nourriture, des vêtements? et même des épouses ! Une femme s'obtenait contre 1 500 colliers de 50 coquillages. Le ramassage de ces 75 000 porcelaines et l'enfilage sur des cordelettes laissait le temps au prétendant de bien réfléchir à son choix !

PHOTOGRAPHIES Matthieu JUNCKER
(Doctorant en Ecologie Marine) avec l'aimable participation de
Patrick BONFILS, Petelo HAKOMANI, Emmanuel COUTURES et Patrice COPPEE

TEXTES rédigés sous la direction scientifique de Matthieu JUNCKER et les élèves des collèges de LANO, LAVEGAHAU et TEESI, les élèves de la section 1ère AAC du Lycée d'Etat de Wallis et Futuna, avec leurs professeurs

Pierre GINS


© Droits réservés

Articles précedents Wallis - Nature : Sentier botanique : un accès original pour les handicapés ...
Activités scolaires - Informations : Unité Pédagogique d'Intégration : le Préfet remet les diplômes ...
Handivoile - Voile : Handivoile : Le bonheur de Giovanni ...
Histoire - Informations : Croisière au Salomon avec la famille Medinger ...
Activités Enfants - Voile : L'école des moussaillons ...

Derniers Articles dans la rubrique Activités Enfants : Basile en route pour La Réunion
L'école des moussaillons dans le bain
Voile loisirs : découverte pour de nombreux enfants
La rentrée du Jardin d'enfants !
Base nautique de village : un rêve devenu réalité

Derniers Articles dans la discipline Nature : Les Marlins Voiliers chassent
Sentier sous marin de Kaviki : inauguration officielle
Snorkelling avec les élèves du collège de Teesi
55 futuniens à Nukihifala
Les éponges si fascinantes

Haut de page haut de page Imprimer l'article imprimer l'article  retour accueil

précédente précédent Tous les articles tous les articles suivante suivant
 Réalisation & graphisme : © Mesactivites.com - Association © Vaka Lä - Voile pour tous - Affiliée à la Fédération Française de voile (25.CE003) - © 2006